jeudi 11 août 2016

De part et d'autre de l'Adriatique

C'est aujourd'hui que l'on va mettre la voiture dans le bateau, à Ancône. Avant de prendre la route, on ne pouvait pas rater la dégustation à Modène. Jamais on aurait imaginé gouter le vinaigre comme un produit de luxe. À près de 50€ la mini bouteille, la goutellette vaut de l'or ! 
C'est le déluge. Des trombes d'eau. Parfait pour faire une traversée en mer... ! Nous pouvons voir des éclairs à l'horizon. Malgré ça Ancône a beaucoup de charme. Mais l'organisation de l'embarquement laisse à désirer. 
Finalement, la mer est calme. Sylvie se rend à peine compte du tangage. "C'est bizarre! Je ne comprends pas pourquoi cet avion monte et puis descend...". La traversée semble longue pour ces dizaines d'albanais qui n'ont pas de cabines et qui dorment comme ils peuvent sur des matelas gonflables installés dans le salon principal... On est bien, nous, dans notre cabine avec un hublot sur la mer. Peu de touristes, les italiens et mêmes les rares français sont en fait la diaspora albanaise de retour au pays. 
Les premiers instants en Albanie sont plutôt faciles. La sortie du bateau est plus simple que l'entrée. L'immigration aussi et les premières routes plus défoncées que l'on attendait. Mais il s'agit seulement du centre de Durres. Pour rejoindre Berat, c'est beaucoup plus lisse. Par contre les obstacles sont nombreux: piétons sur autoroute où même les bus s'arrêtent prendre des voyageurs, charettes, camions, etc. Notre arrivée à la Guesthouse de Berat est des plus agréables. Deux hôtes merveilleux nous ouvrent les portes. Un repas généreusement préparé (kofte, légumes grillés ou farcis au fromage, crudités et roquette du jardin et bien sûr l'incontournable pastèque, vin maison). Nous sommes comblés et repus après 3 pique-niques d'affilée.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire