mardi 11 février 2020

Accueil au village de Kafone

Le couchsurfing nous a apporté de magnifiques expériences à travers le monde. Une fois de plus, nous avons vécu une expérience inoubliable. Pourtant, au départ, c’est plein de doutes que nous avons fait la connaissance de Laurent Diédhiou, le cousin de Moïse Senghor, qui m’a contacté sur le site. Malgré le fait qu’il n’avait aucune expérience, je me suis laissé tenter par les échanges que nous avions eu auparavant et j’ai décidé de lui faire confiance. D’ailleurs, du côté de Laurent, on sent aussi un petit malaise. Il souhaite faire de son mieux pour nous accueillir, mais fait preuve d’une certaine réserve. Laurent ne rentre au village que le week-end et c’est l’occasion pour lui de revoir tout le monde. Il semble assez populaire et surtout, à Kafone, tout le monde est cousin. Nous nous promenons dans le village et sommes présentés à tous, hommes, femmes et enfants. Cassoumaye! Cassoumaye Bahla! Ca c’est pour saluer. On se présente. L’important est de donner son nom de
famille aussi. Au village, il n’y a que 5 noms: Diédhiou, Senghor, Sembou, Diatta et Manga. Les cousinages multiples, au gré des différentes alliances. Les prénoms français nous font redécouvrir le calendrier: Ambroise, Casimir, Aristide, Hortense, Constance, Ernest, Françoise, Maurice, Joseph, etc. On est presque surpris quand on tombe sur un Thomas ou un Alexandre. Laurent nous montre tout ce qu’il peut de la vie au village. Tout d’abord un rite animiste, arrosé du vin de palme, qu’on boira à différents degrés de fermentation. On salue la reine du village. On salue, un vieux, fils de tirailleur sénégalais. On va visiter les quartiers maraîchers, où sont cultivés oignons, aubergines, piments, maïs, choux, salades, tomates. On va voir la récolte du vin de palme en brousse. L’occasion de goûter à des sortes de coquillages de mer. Une remise de dot pour le mariage d’une cousine est l’occasion de fêter à 9h du matin à la bière ... Le dimanche, on va au village de Mlomp, chef lieu, où se déroulent des activités de scoutisme, de croix rouge et un regroupement de femmes. Dans la journée, aux heures chaudes, on se repose et on discute sous 2 gros manguiers en fleurs. Des enfants du village viennent timidement voir Alix et Nelly. Mais la timidité est partagée. On parvient à partager les playmobils ou faire un dobble ou un jungle speed. Les filles découvrent leur quotidien. Un trou pour les toilettes. Une toilette avec un seau d’eau. Et surtout, le repas préparé par Jeannette, la femme de Laurent. On mange tous dans un grand plat. Une base de riz avec une délicieuse sauce aux oignons. Et souvent du poisson grillé. Nelly est surprise car c’est toujours la même chose. Nous avons eu l’honneur d’avoir du canard une fois. Cette expérience dans ce village, nous a extrêmement touché. Nous avons compris aussi l’organisation de la société en Casamance. L’éclatement des familles pour le travail, ou suite aux mariages. Quelques changements aussi. On aspire à avoir moins d’enfants. On a laissé quelques cadeaux. Les filles laissent des figurines pour les enfants. Nous avions apporté un opinel, qui a servi durant tout le week-end. Laurent a sculpté des bois pour en faire un outil qui permet de boire le vin de palme. Il les a offert à Alix et Nelly. Enfin, nous les avons dédommagés financièrement. Car lorsqu’on voit le peu de ressources qu’ils ont, c’est délicat d’avoir l’impression d’être une charge pour eux. Eux aussi ont paru très touché. On se quitte avec l’impression d’avoir déjà vu le meilleur de la Casamance.

 








1 commentaire:

Anonyme a dit…

Sympa ce clin d'oeil d'Afrique.
Le Sénégal nous rappelle des souvenirs.
Nous sommes contents de voir que tout se passe au mieux. Profitez bien de cette belle échappée..
Nous vous embrassons.
Papa et maman de Benjamin

Publier un commentaire