vendredi 29 mai 2015

Vanuatu : clap de fin

Vous ne connaissiez pas le Vanuatu avant de nous lire. Nous espérons vous avoir fait découvrir ce pays et donné envie d'y aller.
Alors le Vanuatu, c'est quoi? 
250000 habitants pour 82 iles. A peu près le même nombre de touristes étrangers sur une année, dont probablement la moitié ne vient que pour une journée durant une croisière au départ de l'Australie. 
Ce qu'il y a de typique :
- le kava : une racine qu'on écrase (avec des pierres, avec des masses en bois ou qu'on mâche avant de recracher) et qu'on mélange à de l'eau. Cela donne une boisson marron qu'on doit boire par shell (bol) cul sec. C'est un peu poivré, absolument mauvais et c'est censé relaxer. Rendez vous quotidien des hommes à la nuit tombée. C'est aussi l'occasion de parler des affaires et autres...
- la timidité : les ni Vanuatu sont très souriants, plutôt réservés. Cela donne un peuple très accueillants et désireux de te rendre à l'aise sans t'oppresser.
- le crabe de cocotier : drôle de bestiole aux grosses pinces. On en trouve ailleurs dans le Pacifique. Mais c'est ici qu'on a testé.
- le multilinguisme : dans un même noyau familial, on trouve des membres qui sont francophones, d'autres anglophones, et ils communiquent entre eux en bichlama ou dialecte local. Il y a plus de 120 dialectes. Dans la même école, les enfants n'ont pas forcément le même dialecte. 
- électricité alternative : dès qu'on sort de Port-Vila et Luganville, tout le monde à son petit panneau solaire ou un générateur. On se couche tôt et on vit au rythme du soleil.
- autosuffisance alimentaire : légumes, racines et fruits abondent. Poissons, langoustes et autres crustacés. Bovins. Il ne manque rien pour se nourrir ici. Le problème principal est que si un cyclone passe, l'équilibre est détruit pour plusieurs mois et il faut subsister avec de l'aide alimentaire qui modifie drastiquement le régime...
Enfin, pour nous, ce fut le seul pays où on s'est douché à l'eau froide durant tout le séjour. On s'habitue!

Préparation du kava:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire