samedi 4 juillet 2015

Syndrome du musée vide

Le concept de musée, en Malaisie et au Brunei, nous est apparu assez différent de chez nous. Le principe : un bâtiment immense, démesuré, tape à l'oeil, bref quand on arrive devant, on fait "waou" ! 
(Et on pense "on a bien fait de venir!"). Heureusement, car la particularité locale est aussi que le musée est à perpèt, accessible uniquement grâce à un ami, un couchsurfeur hyper sympa, ou un taxi hors de prix. 
À l'entrée, le personnel nous demande de mettre nos sacs dans un casier, et c'est là que nous en général nous retrouvons démunis. "Euh, il faut qu'on fasse boire les enfants tout de suite, et le goûter, quelle heure est il ? Et le guide, on prend le guide ? Ah et donc on n'a pas droit aux photos ?". Bon ça y est, nous sommes là, il y a 3 étages, et 5 portes devant nous, on va où ? En général je demande : "Do you have a map ?" "Eumapp?" "Yes, to know where to go in the museum". Là elle me montre une porte que je n'avais pas encore vu : "this way". Ok, merci. Nous ne savons donc pas trop de quoi parle le musée, ni ce qu'il y a à voir. "On fait quoi maman ?" "Euh, on va voir des robes de princesses" (un grand classique ici, les costumes traditionnels). Les noms des musées n'aident pas trop. Le musée maritime traite de la relation Brunei - Chine, et le musée des technologies de la vie traditionnelle. Il est bien dommage que le personnel n'aiguille pas plus les étrangers ! 
Sinon, le guide, nous aurions dû le laisser au casier, car il nous a une fois aiguillé sur une mauvaise piste. Du coup, le personnel nous a ainsi envoyé à un endroit où tout est désormais fermé au public (merci !), et nous nous sommes bien amusés à courir d'un bout à l'autre du domaine du musée. 
Car oui, en théorie, les horaires d'ouverture nous permettraient de prendre le temps. Mais nous tombons souvent sur le vendredi, jour de prière où tout est fermé de 12h à 15h. Sinon, quand on se pointe à 14h20 alors que le musée ferme à 15h, et comme le personnel a passé la journée à surveiller une salle vide, ils sont pressés de partir et nous préviennent : "on ferme à 14h30!". Ah oui? En pratique, ils attendent quand même qu'on soit sorti, avec une annonce micro dont nous sommes les seuls destinataires. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire